Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 12:58

 

Ce sont elles qui posent le plus de problèmes. Le Dr Dupeyrat, stomatologue, conseille de surveiller leur évolution, en particulier au moment de l’adolescence.

Habituellement, les dents de sagesse font leur apparition entre 14 et 30 ans, alors que toutes les autres dents sont déjà en place. Et c’est généralement la que se situe le problème, les premières arrivées prenant toute la place. Pour pouvoir sortir, ces quatre molaires sont en effet obligées de pousser les autres. Le plus souvent cela entraine un chevauchement des dents de devant ou des côtés, ou des accidents d’évolution (douleurs, infection, craquement de mâchoires au niveau des articulations…). Cependant, l’importance des troublent ainsi que la rapidité de leur survenue peuvent varier d’un patient à l’autre. Chez certaines personnes, les dents de sagesse ne sont pas visibles. Dans la majorité des cas, c’est parce qu’elles ont poussé complètement de travers dans la gencive, en raison du manque de place. Cela n’exclut pas les complications pour autant puisqu’elles ont généralement tendance à gêner les autres dents.

 photo urgence dentaire 1

 

A surveiller de très près

Dans l’idéal, les dents de sagesse devraient être retirées avant la survenue du moindre problème. Pour cela, il faut surveiller leur évolution au moment de l’adolescence grâce à des radios panoramiques (radiographie des mâchoires supérieure et inférieure). On envisage quelques fois de les extraire avant d’entreprendre un traitement orthodontique, qui permet de corriger les malpositions des dents. Mais le plus fréquemment c’est lorsqu’un accident d’évolution survient, ou lorsque la gêne est trop importante, que l’on décide de les arracher. Avant de retirer des dents de sagesse, un radio panoramique doit être pratiqué. Si leur disposition ne semble pas poser de problème particulier, il n’est pas nécessaire de procéder à d’autres examens. En revanche si l’extrémité des racines des dents du bas touchent le canal mandibulaire qui abrite un nerf, ou si celles du haut rentrent dans un sinus, une tomographie (radiographie en coupes) est indispensable. En fonction des résultats de celle-ci, le médecin décide ou non de retirer les quatre molaires. Dans ce cas, l’intervention comprend un risque, car, si le nerf est lésé, cela peut provoquer une anesthésie temporaire ou définitive du menton et de la lèvre inférieure (on ne sent plus ou presque rien). L’intervention se pratique généralement sous anesthésie locale, parfois associée à la prise de neuroleptiques, si le sujet est très nerveux. Plus rarement, et seulement en cas d’opération délicate, elle est effectuée sous anesthésie générale. Les dents sont retirées deux par deux (un coté à la fois), à trois ou quatre semaines d’intervalle. Afin de minimiser la douleur et de réduire l’œdème qui survient après l’intervention, le praticien prescrit habituellement des anti-inflammatoires, des antalgiques, des antiœdémateux et, éventuellement, des antibiotiques pour éviter tout risque de surinfection.

 

                                                                              Kity Bachur

Partager cet article

Repost 0
Published by C.G. - dans Stomatologie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Dentiste Stomatologue Paris implants dentaires
  • Dentiste Stomatologue Paris implants dentaires
  • : L'institut visage sourire est spécialisé dans la chirurgie dentaire, la chirurgie esthétique, le blanchiment des dents, les céramiques, les implants dentaire, les greffes, la médecine et l'hygiène dentaire. Localisé à paris 8
  • Contact

Recherche