Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 17:24

La période 40/50 ans : c’est l’âge des bilans de vie et donc souvent de la remise en question affective, professionnelle et physique.

Le sourire va aider à ce renouveau pour ne pas dire à cette renaissance.

 

  • Qu’en est-il réellement ?

  • Quelles peuvent être les conséquences ?

  • Comment le conserver ?

  • Comment le retrouver ?

 

A partir de 40/45 ans, de petites modifications physiologiques apparaissent sur la gencive, le parodonte et la dentition tant sur le plan fonctionnel qu’esthétique.

 

Avec l’âge le sourire se dégrade, les dents s’usent et jaunissent un peu.

 

Certaines anomalies peuvent entraîner une rétraction de la gencive, une mobilité des dents avec, au stade ultime, des édentations.

Ces perturbations sont d’autant plus mal vécues qu’elles peuvent coïncider avec un changement de la vie relationnelle (chômage, retraite, divorce, deuil, éloignement des enfants…).

Ainsi, dans la thérapie bucco-dentaire de l’adulte et du senior, si le fonctionnel est capital, l’aspect esthétique est primordial.

Une réharmonisation complète du sourire est un facteur essentiel au maintien de l’intégration sociale, de la confiance en soi et de la communication avec les autres.

vieillesse2

 

Les complications bucco-dentaires liées à l’âge sont multiples et peuvent toucher l’ensemble de la bouche.

Si l’on ne fait rien elles vont s’intensifier au fil des années.

 

1°) Les sécrétions des glandes salivaires diminuece qui entraîne une baisse de PH et augmente l’acidité de la bouche créant des irritations.

 

2°) La vascularisation des gencives diminue ce qui aggrave la récession gingivale.

Les adultes rencontrent plus de problèmes de gencives que de caries.

 

3°) L’os alvéolaire : à ce niveau apparaît une réduction de la teneur en eau et une diminution de l’ostéogénèse. Ceci entraîne une moindre résistance aux forces occlusales. L’os alvéolaire est la structure parodontale la plus touchée par le « vieillissement ».

La parodontite est la destruction indolore plus ou moins rapide de l’os soutenant les dents. Elle conduit au « déchaussement » des dents. L’âge critique de la longévité dentaire en relation avec la destruction parodontale se situe vers 60 ans.

 

4°), La diminution des caries chez l’adulte provient notamment du « durcissement » de l’émail dentaire.

L’émail devient moins soluble dans les acides à l’origine de la carie. Les problèmes de gencives, outre le vieillissement naturel, sont fréquemment liés à une mauvaise alimentation, une mauvaise hygiène (brossage inefficace) et au stress, véritable pathologie des sociétés industrialisées.

 

5°) La maladie parodontale débute par l’inflammation de la gencive et va jusqu’à la résorption de l’os alvéolaire qui soutient les dents, la hauteur des gencives diminue, puis les dents bougent.

Les facteurs de risque sont une mauvaise hygiène buccale (brossage inefficace) les malpositions dentaires, l’âge, le sexe (l’homme a plus de plaque dentaire et de gingivites que la femme), la grossesse, la ménopause, le diabète, le VIH, la déficience immunitaire, le tabagisme, le stress, etc.

 

Enfin, on observe souvent une accumulation plus rapide et plus importante de la plaque dentaire souvent favorisée par une modification des habitudes alimentaires (plus d’aliments sucrés) et par la prise régulière de médicaments (somnifères par exemple).

 

Si l’architecture osseuse faciale évolue peu, les contours des parties molles peuvent changer (joues, lèvres, peau du menton, du cou).

 

Le vieillissement en général, comme au niveau du sourire, est souvent mal vécu : il est synonyme de dépréciation de son image, de son identité, de son potentiel de séduction. La vie relationnelle peut s’en ressentir avec une tendance exagérée à se replier sur soi.

 

On peut modifier son sourire et donc l’impression que l’on donne à n’importe quel âge.

 

Depuis une vingtaine d’années – et surtout depuis la dernière décennie -, les progrès techniques on rendu ce « miracle » possible.

On peut remodeler les gencives, les dents, les lèvres, améliorer l’esthétique du visage « de 7 à 77 ans ».

 

Tout ceci paraît miraculeux mais attention, il existe des contre-indications techniques ainsi que des erreurs à ne pas commettre sur le plan psychologique.

Par exemple ; il est contre-indiqué d’envisager des poses d’implants en cas d’os défectueux, de faire un blanchiment dentaire en période de gingivite aiguë, de faire un traitement orthodontique sur des dents présentant une certaine mobilité due à une parodontopathie non traitée, etc.

Seul un examen approfondi permettra au praticien de décider du bien-fondé de tel ou tel traitement.

En ce qui concerne les erreurs psychologiques, celles-ci dépendent évidemment de la personnalité de l’individu : est-il toujours raisonnable d’éclaircir considérablement un sourire (que ce soit par blanchiment ou utilisation de céramique) chez un patient ayant des disgrâces relativement importantes au niveau de son visage, des rides? Il est évident que rajeunir ce patient, seulement par son sourire peut s’avérer aussi bien une réussite qu’un échec psychologique total.

En effet, il apparaîtra une disparité entre son visage ridé et son sourire éclatant : pour certains patients, ce résultat sera satisfaisant et pour d’autres, au contraire, il augmentera leur gêne.

 

Dans un cas comme celui-ci, il faut avoir une discussion approfondie avec le patient pour décider d’associer à la réfection de son sourire des traitements de médecine esthétique. Si on doit associer plusieurs techniques, il faudra prévoir soit de les faire en même temps, soit de débuter par la médecine esthétique avant la chirurgie du sourire ou inversement. Il obtiendra ainsi une harmonie parfaite de son visage.

 

Au contraire, au cours de cette discussion, on pourra s’apercevoir que le patient fait une fixation uniquement sur son sourire : dans ce cas, une amélioration esthétique de cette seule zone lui redonnera sa joie de vivre et améliorera sa vie sociale.

Il est capital que la communication soit parfaite entre le praticien et son patient.

medecineantiage

 

Le traitement doit répondre à un certain nombre de critères :

 

  • il doit être le résultat d’une décision prise après étude et discussion approfondie  avec le patient concernant son état buccal, ses besoins en essayant de faire le meilleur compromis entre les résultats souhaités et les difficultés possibilités techniques.

 

  • il doit être simple et efficace.

 

Les maladies parodontales ou parodontopathies sont classées en fonction de leur gravité, ce qui détermine le pronostic et les traitements.

L’objectif du traitement est de prévenir et de contrôler la maladie parodontale mais aussi de régénérer les tissus.

Après une explication précise au patient des règles d’hygiène bucco-dentaire, une thérapie par voie générale et locale (phytothérapie, oligothérapie, mésothérapie) permet de rééquilibrer, renforcer, revitaliser le parodonte (os + gencives).

Des curetages et assainissements parodontaux sont très souvent réalisés avec, dans de nombreux cas, des greffes (gencives-os) qui permettent de conserver les dents.

 

Les techniques prothétiques récentes et l’évolution des matériaux assurent un excellent résultat esthétique (modification et personnalisation du sourire).

 

Dans les cas d’édentation partielle ou totale, l’implantologie s’avère souvent «  miraculeuse ».

En effet, les implants dentaires qui remplacent les racines naturelles permettent :

  • la suppression d’appareils dentaires inconfortables grâce à la mise en place de dents fixes ;

  • la stabilisation de l’appareil mobile dans le cas où les patients souhaitent le conserver.

 

Ces techniques implantaires permettent la récupération des fonctions essentielles que sont la mastication, l’élocution, le goût et l’esthétique.

 

Les technologies de pointe utilisées pour les autres problèmes rencontrés sont essentiellement :

 

  • blanchiment dentaire

  • composite dernière génération

  • facettes et jackets céramiques

  • orthodontie « invisible »

  • parodontologie esthétique

  • implantologie avec les dernières nouveautés technologique qu’elles soient :

  • chirurgie laser CO2

  • chirurgie piezo électrique 

Partager cet article

Repost 0
Published by C.G. - dans Stomatologie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Dentiste Stomatologue Paris implants dentaires
  • Dentiste Stomatologue Paris implants dentaires
  • : L'institut visage sourire est spécialisé dans la chirurgie dentaire, la chirurgie esthétique, le blanchiment des dents, les céramiques, les implants dentaire, les greffes, la médecine et l'hygiène dentaire. Localisé à paris 8
  • Contact

Recherche