Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 17:50

L'âge n'est pas un facteur déterminant en soi, tout dépend du terrain de vie de la personne. Chez certains, on va parvenir à gagner dix à quinze ans par rapport à l'évolution naturelle, chez d'autres, les resultats seront plus mitigés. Il est très important au départ de procéder à une évaluation globale et approfondie de la sphère bucco-dentaire et de prendre en compte le mode de vie de chaque personne.

medecineantiage

Il faut aussi répondre aux demandes esthétiques, qui sont souvent fréquentes à partir de 45-50 ans. C'est une fois que cette évaluation a été réalisée que l'on peut proposer une démarche thérapeutique. Dans tous les cas, celle-ci est par définition individualisée. L'éventail des techniques efficaces qui sont aujourd'hui disponibles permet généralement de trouver des solutions adaptées. Et aux patients... de retrouver le sourire !

Repost 0
Published by ivs-dupeyrat - dans Questions au Dr Dupeyrat
commenter cet article
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 17:10

Dans une société comme la nôtre qui favorise le stress chronique, le bruxisme tend à devenir de plus en plus fréquent. Il conduit à une abrasion du relief des dents, notamment des molaires, et peut avoir des conséquences importantes sur les articulations mandibulaires; on observe principalement des douleurs, des craquements, des difficultés à bâiller, voire à ouvrir la bouche.

photo urgence dentaire 1 

Quels sont les moyens de prévenir les effets de ces évolutions physiologiques ?

Il n'y a pas de recette miracle ! Le brossage des dents est et reste le meilleur moyen de conserver son capital dentaire. Il faut se brosser les dents au minimum après chaque repas et utiliser du fil dentaire pour éliminer tous les déchets alimentaires pouvant se loger dans les espaces interdentaires. Le brossage permet d'éliminer la plaque dentaire. Il faut savoir que si la plaque dentaire reste en place, elle finit par se durcir et par former du tartre contre lequel le brossage est inefficace. Le tartre est irritant, à là fois mécaniquement et chimiquement, pour la gencive. Il favorise donc les gingivites et par là même la résorption osseuse et le déchaussement des dents.

Repost 0
Published by ivs-dupeyrat - dans Questions au Dr Dupeyrat
commenter cet article
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 16:58

Très clairement.

On observe ainsi souvent avec l'âge une accumulation beaucoup plus rapide et plus importante de la plaque dentaire qui est favorisée par une modification des habitudes alimentaires, avec généralement une plus grande consommation d'aliments sucrés, et par la prise régulière de médicaments. Les somnifères par exemple tendent à diminuer la production salivaire. Le tabac et l'alcool sont égalemqnt nocifs pour la santé des dents.

 

Enfin, il faut compter avec le stress. Là encore, tout dépend du terrain. Certains patients se fabriquent un ulcère alors que d'autres ont des problèmes dentaires, notamment en cas de bruxisme, c'est-à-dire le fait de grincer des dents pendant le sommeil.

 

probleme-dentaire-bruxisme

Repost 0
Published by ivs-dupeyrat - dans Questions au Dr Dupeyrat
commenter cet article
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 16:41

1- Sommes nous égaux devant les caries ?

Comme pour la formation du tartre, les caries sont plus fréquentes chez certains. Elles dépendent de l'hygiène des dents mais également de la composition de la salive.

2- A quels moments de la vie les dents sont-elles plus fragiles ?

Pendant la grossesse, la ménopause, les épreuves de la vie en général et bien sûr le vieillissement avec ses risques de déchaussement. A ces périodes, l'hygiène dentaire et l'alimentation doivent être optimales afin dé venir compenser la fragilité.

 

greffe-gencive

Repost 0
Published by ivs-dupeyrat - dans Questions au Dr Dupeyrat
commenter cet article
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 11:54

Les implants dentaires se sont considérablement améliorés depuis une dizaine d'années et, aujourd'hui, cette technique délicate devient monnaie courante. L'implantologie, qui n'est pas encore reconnue comme une spécialité à part entière, nécessite cependant une vraie formation et des chirurgiens compétents. Le point avec le Dr Gérard Dupeyrat, stomatologue, implantologue, auteur de « La Vie à pleines dents» (éditions Archipel).


 

Aller à :

Qu’est-ce qu’un implant ?

Quel intérêt par rapport au bridge classique ?

En quoi les implants se sont-ils améliorés ?

A qui se fier ?

Quels sont les examens indispensables avant la pose d'un implant ?

Quelles sont les contre-indications ?

Comment se déroule la pose d'un implant ?

Dans quelles conditions doit-elle être effectuée ?

Par la suite, y a-t-il des risques d'infection ?

Combien ça coûte ?

 
 

 

 


Qu'est-ce qu'un implant?

C'est une racine artificielle, la plupart du temps en titane, qui est insérée dans l'os de la mâchoire et sur laquelle est fixée une couronne. Par cette méthode, on peut remplacer une ou plusieurs dents manquantes.

 

 

dent-en-moins A000008.JPG

 

 

Quel intérêt par rapport au bridge classique ?

Un implant permet d'éviter de tailler, donc de fragiliser, les dents saines entourant la ou les dent(s) manquante(s). Par ailleurs, en cas d'édentation importante, les implants peuvent aussi servir de piliers pour fixer bridges ou petits appareils mobiles, beaucoup moins traumatisants que le port du dentier.

 

Bridge bridge résultat
Bridge 2 Bridge 2 résultat



 

 


En quoi les implants se sont-ils améliorés ?

Grâce à l'évolution des techniques chirurgicales et au recouvrement des implants par une matière appelée hydroxy-apatite, on a élargi les indications. Par exemple, on peut aujourd'hui poser un implant même quand l'os de la mâchoire est de densité moyenne. Le problème, c'est qu'un certain nombre d'implants, non conformes aux normes, circulent sur le marché. Tout dépend donc de la compétence et de l'honnêteté du chirurgien.


 

 


A qui se fier ?

Aujourd'hui, tous les dentistes ont le droit de poser des implants, et le risque d'abus est semblable à celui que l'on connaît en chirurgie esthétique. Il faut donc exiger un maximum de garanties et, surtout, s'adresser à un chirurgien qui a une grande expérience clinique et une formation hospitalière afin d'éviter certaines complications: infections, lésions nerveuses, échecs ... Avant de prendre une décision, il ne faut pas hésiter à poser des questions au praticien sur sa formation et son expérience.


 

 


Quels sont les examens indispensables avant la pose d'un implant ?

Après un examen minutieux de la bouche, suivi d'une radio panoramique, un bilan sanguin est nécessaire pour s'assurer du bon état général du patient. Enfin, un scanner de la mâchoire permet de mesurer le volume osseux, sa densité et sa qualité.


 

 


Quelles sont les contre-indications ?

Un mauvais état général et des maladies telles que le cancer, le diabète non équilibré ou des problèmes sanguins graves. En dehors de ces pathologies, un volume osseux insuffisant est aussi une contre-indication. Dans ce cas, il reste une possibilité, la greffe osseuse: on prélève un greffon sur la hanche ou le tibia ... pour l'implanter sur l'os maxillaire.


 

 


Comment se déroule la pose d'un implant ?

Dans un premier temps, l'implant est « mis en nourrice » dans l'os et recouvert par la gencive. Au bout de quatre à six mois, quand il est bien intégré, le chirurgien ouvre à nouveau la gencive pour fixer la prothèse dentaire sur la racine artificielle. Ces deux opérations se font sous anesthésie locale, associée, éventuellement, à la prise d'un tranquillisant.


 

 


Dans quelles conditions doit-elle être effectuée ?

Impérativement dans un milieu totalement aseptique. La pose d'implants nécessite donc un vrai bloc chirurgical.


 

 


Par la suite, y a-t-il des risques d'infection ?

Si l'opération est correctement effectuée et si le patient a une hygiène dentaire rigoureuse (se brosser les dents trois fois par jour, éviter tabac et abus d'alcool), les risques infectieux autour d'une racine artificielle ne sont pas plus importants qu'autour d'une racine naturelle


 

 


Combien ça coûte ?

En moyenne, un implant coûte de 1200 à 1500€, auxquels il faut ajouter de 680 à 900€ pour la prothèse et de 350 à 450€ pour les petites pièces intermédiaires (le tout non remboursé par la Sécu). Il faut se méfier des implants à bas prix, que certains proposent actuellement, car ils ne sont pas toujours de bonne qualité. En revanche, on voit aussi des devis vertigineux, de l'ordre de trois fois le prix moyen. Là aussi, méfiance, un tarif exorbitant n'offre pas forcément une garantie supplémentaire. C'est tout simplement de l'abus.





Éliane Le Reun

Repost 0
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 13:05


La demande croissante de pose d'implants dentaires suscite de nombreuses interrogations. Pour en savoir davantage, nous avons fait le point avec le Dr Gérard Dupevrat, stomatologue.

Aller à :
      Qu’est-ce qu’un implant ?
      Dans quels cas peut-on y avoir recours ?
      Cette technique présente-t-elle des contre-indications ?
      Comment se déroule la pose d’un implant ?
      Cette intervention comporte-t-elle des risques ?
      Quels sont les examens qu’il faut pratiquer avant la pose d’un implant ?
      Il existe différents types de modèles. Comment faire le bon choix ?
      Combien de temps peut-on garder un implant ?
      Peut-on appliquer cette technique à des sujets de tous âges ?
      Quels sont les avantages des implants par rapport aux prothèses mobiles ?


Qu'est-ce qu'un implant ?


Il s'agit d'une racine artificielle réalisée en titane ou en céramique. Actuellement, on utilise principalement des implants «endo-osseux ». C’est-à- dire qui se fixent dans l'os.

 

Implant

 


Dans quels cas peut-on y avoir recours ?

 

Lorsqu'il manque une ou plusieurs dents à un sujet. On fixe alors sur la racine artificielle une couronne en céramique (il existe de nouveaux modèles sur titane recouverts de céramique qui semblent mieux adaptés), qui a l'apparence d'une dent naturelle. Les implants permettent également de stabiliser un appareil mobile (dentier) grâce à un système de bouton-pression. Il s'agit d'attaches, fixées sur les piliers artificiels, sur lesquelles on peut « clipper » la prothèse de manière à ce qu'elle reste bien en place.  Le sujet peut la retirer très facilement en tirant doucement dessus.

 


Cette technique présente-t-elle des contre-indications ?


Oui. Ainsi, un mauvais état général (maladies graves, cancers...) interdit la pose d'un implant car il existe un risque d'infection. Par ailleurs, une hygiène bucco-dentaire défectueuse ou des problèmes d'occlusion constituent des contre-indications temporaires. Lorsque ces petits problèmes ont été résolus, il est en effet envisageable de poser une racine artificielle. Enfin, si l'os de la mandibule est trop mince ou de mauvaise qualité (os mou, par exemple), il faut renoncer aux implants sauf s'il est possible de renforcer cet os en pratiquant des greffes osseuses.

 


Comment se déroule la pose d’un implant ?


Dans un premier temps, le chirurgien doit effectuer des forages dans l'os, de manière y insérer la racine artificielle. Pour cela, il utilise des instruments calibrés correspondant à la forme, au diamètre et à la longueur de l'implant. Ensuite, il faut attendre entre quatre et six mois afin d'obtenir une bonne intégration osseuse. Au bout de ce laps de temps, le praticien dégage les implants, qui ont été recouverts par la gencive, de manière à fixer les prothèses pardessus. Toutes ces interventions sont effectuées sous anesthésie locale, éventuellement associée à la prise d'un tranquillisant.

 


Cette intervention comporte-t-elle des risques ?

 

Non, à condition que les contre-indications évoquées précédemment soient respectées et que l’intervention soit pratiquée avec minutie et dans des conditions d’asepsie rigoureuses pour éviter tout risque d’infection. A l’heure actuelle, il n’y a pas de phénomène de rejet avec les matériaux utilisés. En revanche, si l’implant est mobile, c’est qu’il a été mal posé ou dans de mauvaises conditions (os trop mince, mauvais forage…). Dans ce cas, il convient de la retirer et, éventuellement, de le remplacer par un autre.

 

photo urgence dentaire 2

 

 

Quels sont les examens qu’il faut pratiquer avant la pose d’un implant ?


Dans un premier temps, le praticien demande un bilan sanguin pour juger de l'état général du patient. Ensuite, il pratique un examen clinique (il étudie l'occlusion, les zones édentées, l'état de la gencive...) et réalise un modèle d'étude en plâtre afin de confectionner une maquette de la future prothèse. Pour évaluer la qualité de l’os, des radiographies (panoramique, scanner) sont également nécessaires.

 

 

Il existe différents types de modèles. Comment faire le bon choix ?


C'est en fonction des résultats des examens précédents que le spécialiste détermine le type d'implant qui sera le mieux adapté pour son patient. En effet, il n'existe pas de modèle universel standard qui puisse convenir à tout le monde. Ainsi, le praticien doit tenir compte du volume et de la texture de l'os ainsi que du genre de prothèse qui sera fixée par-dessus avant d'effectuer son choix. Par exemple, si le maxillaire est un peu mou, il optera pour des implants impactés, c'est-à-dire qui sont rentrés en force. Au contraire, s'il est dur, les formes vissées conviendront davantage.

 

 

Combien de temps peut-on garder un implant ?


Il est difficile de répondre à cette question avec précision, car cela dépend de nombreux facteurs (hygiène bucco-dentaire, problème d'ostéoporose...). Toutefois, on estime que la durée de vie moyenne d'un implant se situe aux alentours d'une dizaine d'années. Dans certains cas, il peut se produire une petite résorption osseuse autour de l'implant, qui risque de le rendre légèrement mobile. Des traitements adaptés permettent de le stabiliser et donc de prolonger sa durée de vie.

 

 

Peut-on appliquer cette technique à des sujets de tous âges ?


Non, car il est impossible de pratiquer une telle intervention tant que la croissance osseuse n’est pas finie (elle se termine vers 16-18 ans). Au-delà, il n’y a, en revanche, pas de limite d’âge. Ainsi, les implants peuvent être proposés sans risque aux personnes âgées. Dans ce cas ils sont surtout utilisés les appareils mobiles.

 


Quels sont les avantages des implants par rapport aux prothèses mobiles ?


Psychologiquement, ils sont beaucoup mieux supportés, car ils ne risquent pas de tomber. Par ailleurs, ils permettent de retrouver de bonnes fonctions masticatrices. Enfin, sur le plan esthétique, les résultats sont généralement très satisfaisants.

Kity Bachur

Repost 0
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 11:08

La vie à pleines dents

Le Dr. Gérard Dupeyrat, stomatologiste, spécialiste de chirurgie implantaire et dentaire, fait un point précis sur l’aventure d’une vie avec ses trente-deux dents.

Extraites de son livre, La vie à pleines dents, quelques informations très incisives.

 

 livre-dent.jpg

·         D’où vient la fragilité des dents de la femme enceinte ?

Les dents de la femme enceinte ne se décalcifient pas pendant la grossesse. Cela fait partie des idées reçues. En revanche, les prises de fluor à partir du 4ieme mois de la grossesse sont bénéfiques, et à la mère et a l’enfant.

·         La ménopause est-elle une période critique pour les dents ?

On peut seulement crainte une fragilisation de l’os alvéolaire. Un bilan osseux (ostéodensitometrie) permet de savoir si la personne est prédisposée à une ostéoporose.

·         Quels sont les ennemis de nos dents que nous consommons, par plaisir ou par nécessité ?

La nicotine, les barbituriques, les antidépresseurs perturbent les secrétions de la salive, dessèchent la bouche, avec des conséquences parodontales. Le tabac modifie la micro vascularisation. L’alcool entraine des altérations des papilles de la langue et des irritations des muqueuses.

·         Pas de bonnes dents sans salive, pourquoi ?

La salive est un élément de protection et de nettoyage de la cavité buccale. On en secrète de 0,81 à 1,5 l par 24 heures. Elle contient des facteurs antibactériens et défend naturellement l’émail des dents par ses minéraux. Elle est un agent nettoyant, cicatrisant, qui détruit les bactéries.


(La vie à pleines dents, par G. Dupeyrat et A. Hubel. Ed. l’Archipel, 94 F)

Repost 0

Présentation

  • : Dentiste Stomatologue Paris implants dentaires
  • Dentiste Stomatologue Paris implants dentaires
  • : L'institut visage sourire est spécialisé dans la chirurgie dentaire, la chirurgie esthétique, le blanchiment des dents, les céramiques, les implants dentaire, les greffes, la médecine et l'hygiène dentaire. Localisé à paris 8
  • Contact

Recherche